Michel Onfrayabonnés

En dessous du serpent

19/10/2021

EDITO. Le bilan du quinquennat Macron est une chose, le bilan de Macron lui-même n'en est qu'à peine une autre, tant le président a façonné son règne à son image. Et quelle image...

L'édito de Michel Onfray.

En dessous du serpent


L’heure approche d’un bilan du quinquennat d’Emmanuel Macron, que des éléments de langage nous ont présenté comme un philosophe amateur de belles-lettres en général et de théâtre en particulier. En gage du sérieux de ces fariboles, la revue de la NRF, pourtant patrimoniale à plus d’un titre, a offert son support au Président nouvellement élu afin qu’il puisse refourguer ce genre de biscuits publicitaires.

Sa photographie officielle, on le sait, le représente une demi-fesse négligemment posée sur le bureau présidentiel pendant qu’en décor, comme un bruit de fond, un genre de musique d’ascenseur, il a choisi une pendule pour signifier qu’il est « le maître des horloges », et trois volumes de la prestigieuse collection de la Pléiade chez Gallimard. Lesquels et pourquoi ? Gide : mais est-ce celui qui fait l’éloge de la pédérastie dans Corydon ? Stendhal : mais est-ce pour la main du jeune précepteur Julien Sorel posée sur la cuisse de la femme de son patron en sa présence, et, allez savoir pourquoi, sous forme oxymorique probablement, un de Gaulle qui ne célèbre ni les petits garçons ni l’adultère d’une femme mûre avec un jeune garçon employé de maison avec sa patronne. On ne sait ce qu’Emmanuel Macron a voulu dire en choisissant ces trois volumes, mais on sait ce qu’il n’interdit pas de penser.

François Hollande, à qui j’avais demandé un jour si un livre avait changé sa vie, m’avait répondu Le Petit Prince, la chose est vérifiable puisque jadis publiée dans Le Nouvel Observateur.

Qui dira que le jeu du « Dis-moi qui tu lis, je te dirai qui tu es » s’avère à somme nulle ?

Que retenir de ces cinq années ?

La trahison d’un socialiste maastrichtien qui empêche au Président lecteur du Petit Prince, un socialiste maastrichtien lui...

Contenu réservé aux abonnés

84 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...