Justiceabonnés

L'ubérisation de l'inquisition : la jurisprudence Michel Foucault

31/08/2021

Cinquante ans que le laxisme judiciaire hérité de la pensée de Michel Foucault fait loi. Il est temps, contexte oblige, de passer à autre chose. Un texte de Michel Onfray.

L'ubérisation de l'inquisition : la jurisprudence Michel Foucault

L’Occident judéo-chrétien a produit une théorie de la justice qui a sévi des débuts de l’Empire chrétien jusqu’à sa décadence aux portes de la Révolution française. Disons : du code Justinien, rédigé au début du VIe siècle de notre ère, jusqu’au traité Des Délits et des Peines de Cesare Beccaria, qui paraît en 1764.

Le premier temps de la théorie du droit en Occident relève de la théologie pénale ; saint Augustin fournit le matériau conceptuel et les éléments de langage de cette doctrine dans sa Cité de Dieu. Le deuxième, celui de la raison pénale, procède de L’Encyclopédie, des Lumières, de la philosophie en général et de Montesquieu et Helvétius en particulier ; c’est donc celui de Beccaria. Le troisième incarne le gauchisme pénal ; la doctrine est fournie clé en main par Michel Foucault dans Surveiller et Punir (1975). L’ouvrage propose une généalogie du droit et de la loi selon la règle du gauchisme culturel. C’est le régime intellectuel sous lequel nous vivons encore en matière de philosophie du droit.

Entre les foudres du Dieu biblique et les inversions de valeurs du diable gauchiste, entre le tribunal de l’Inquisition brûlant des bûchers de Tomás de Torquemada et le tribunal révolutionnaire jacobin rougi par la guillotine d’Antoine Fouquier-Tinville, sans oublier les tribunaux populaires maoïstes des années 70, notamment à Bruay-en-Artois, qui procèdent de l’un et de l’autre et qui recueillaient la sympathie publique de Foucault, une place existe pour une philosophie du droit qui ne soit ni théologique ni nihiliste.

UN AMOUR DU PROCHAIN MIS À MAL

Le récit mythologique biblique fournit une anthropologie chrétienne qui définit l’homme comme peccamineux. Le péché originel marque en effet l’âme des hommes depuis la faute du premier d’entre eux – pour être plus précis : de la première d’entre eux –...

Contenu réservé aux abonnés

95 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...