InternationalAlgerie

La diaspora algérienne en France, une arme diplomatique pour l’Algérie

23/10/2021

ARTICLE. Entre Paris et Alger, les tensions se suivent et commencent à se ressembler. Le 20 octobre, le Quay d’Orsay a appelé l’Algérie à respecter la souveraineté française, en réaction aux propos de l’ambassadeur d’Algérie en France, la semaine précédente. Le diplomate appelait la communauté algérienne en France à peser au niveau de la politique de l’Hexagone…

La diaspora algérienne en France, une arme diplomatique pour l’Algérie

Dans un contexte pour le moins tendu avec Paris, l’ambassadeur d’Algérie en France s’est permis une bien étrange sortie. Lors d’une commémoration de la répression meurtrière d’une manifestation d’Algériens à Paris par la police française le 17 octobre 1961, Mohamed Antar Daoud a plaidé pour que la communauté algérienne en France intervienne « non seulement dans la politique algérienne, mais (aussi) au niveau de la politique française ». Le diplomate a considéré « inadmissible que l’Algérie, qui possède la plus grande communauté étrangère en France, avec 18 consulats, ne puisse pas constituer un levier de commande » dans notre pays.

Dans sa conférence de presse du 20 octobre, le quai d’Orsay a commenté sobrement la sortie de l’ambassadeur d’Algérie en France. Il a tout d’abord souligné que le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères « a rappelé la semaine dernière le profond attachement de la France au respect de la souveraineté algérienne » puis a terminé, laconique, en expliquant qu’il allait « de soi que nous attendons aussi de tous nos partenaires le respect de notre souveraineté ».

La réduction des visas, le début de la crise

Mohamed Antar Daoud se trouvait à Alger, car le 2 octobre, son pays avait décidé de le rappeler « pour consultations ». La phase de tension entre les deux pays avait débuté quand le gouvernement français avait décidé, le mercredi 29 septembre, de réduire le nombre de visas accordés aux ressortissants du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie. Paris reprochait à ces pays de rechigner à rapatrier les immigrés illégaux en refusant de leur délivrer les laissez-passer indispensables au retour au pays.

La tension est montée d’un cran quand, le 2 octobre 2021, le Monde a relayé un échange entre Emmanuel Macron et « dix-huit jeunes gens issus de familles qui...

Contenu disponible gratuitement

43 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi