opinionsService public

Disparition des services publics : l’autre grand remplacement

22/11/2022

OPINION. Remplacés par des services privés ou adaptés aux nouvelles technologies, nos services publics tels que nous les avons connus sont en train de disparaître, s’inquiète notre lecteur.

Disparition des services publics : l’autre grand remplacement


Je tiens à revenir sur ma dernière tribune consacrée aux services publics, en appuyant ma réflexion sur quelques constats et en esquissant déjà des interrogations sur les substituts à la mutation voire à la disparition de ceux-ci. Ne voulant pas être trop long dans mes propos, je dois reconnaître l’omission de sujets aptes à simuler l’avenir qui se profile dans ce domaine, aidé en cela par les réactions qui m'ont été communiquées par plusieurs lecteurs.

Dans les constats propres à la situation actuelle, j’aurais dû donner l’exemple des délais anormaux pour obtenir une carte d’identité, regretter la fermeture de centres de secours incendie, notamment en milieu rural faute de bénévoles ainsi que la déficience d’effectifs de personnels dans les hôpitaux induisant des conséquences parfois dramatiques, de la mise en place de la facturation à l’acte en privilégiant les soins ambulatoires générant des risques dus à un suivi insuffisant des patients. N’oublions pas la dégradation de l’état des réseaux ferrés ralentissant les trains sur des tronçons de voies, sans compter un système de tarification SNCF variable dans le temps et pour un même trajet !…

La seconde partie de la présente tribune consiste à vous interpeller sur les signes avant-coureurs d’une évolution, voire d’un remplacement, des services au public. Les caisses automatisées de paiement dans les grandes surfaces ne seraient-elles pas une prémisse d’organisation robotisée des services, si on n’y ajoute les systèmes de reconnaissance faciale et les vidéosurveillances à l’instar de ce qui se développe au Japon et en Chine ? Ces nouveaux moyens sont non seulement testés, mais déjà largement mis en œuvre.

L’informatisation et le stockage de données médicales ainsi que la mise en place de passeport « santé » ne s’inscrivent-ils pas dans la même logique ? Confidentialité, liberté individuelle ne sont-elles pas alors en danger...

Contenu disponible gratuitement

40 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi