opinionsEHPAD

Les EHPAD se remettront-ils de la tragédie Orpéa ?

30/10/2022

OPINION. Plusieurs mois après le scandale des conditions de vie inhumaines dans certains EHPAD, la situation pourra-t-elle changer ? Peu de chances, regrette Gérard Brami.

Les EHPAD se remettront-ils de la tragédie Orpéa ?


Depuis des années, les EHPAD ne cessent de connaître des critiques, très souvent et légitimement médiatisées, sur leur modèle de fonctionnement. Malgré les efforts constants de ces établissements pour mettre en place des projets nouveaux, pour mieux se structurer, pour mieux contractualiser avec l’État et les conseils départementaux, rien n’y fait, rien ne semble porter des effets positifs auprès des personnes âgées hébergées, des familles, et plus généralement de la population française.

Assistons-nous réellement à la fin de ce type d’établissement ? Constatons-nous, quasiment définitivement, l’impossibilité d’un retour en arrière, c’est-à-dire d’une approche positive à l’égard des EHPAD ? La gestion tragiquement déficitaire, au plan humain, et les excès constatés du groupe Orpea, ont-ils véritablement clarifié, définitivement et négativement, l’approche de la population l’égard de ce type d’établissement ?

En toute hypothèse, le premier constat que nous pouvons faire, c’est celui de l’impossibilité pour ce type d’établissement d’être géré par des groupes privés à but lucratif, dont la recherche d’une profitabilité excessive, alliée à la volonté d’un développement international constant et permanent, conduit à une déshumanisation particulièrement insupportable.

Le deuxième constat, dont on peut aujourd’hui commencer à mesurer les effets, c’est le début de l’expression des familles, des accompagnants, sur le sujet, particulièrement important, mais préoccupant, du respect des droits et libertés de la personne âgée hébergée, et plus généralement, de son accompagnement de qualité, dont on mesure aujourd’hui les limites. La dérive exprimée par les constats des nombreuses déficiences du groupe Orpéa nous semble avoir commencé — et seulement commencé — à casser le tabou du blocage de l’expression des familles sur les conditions de vie de leur parent hébergé.

À nos yeux, il s’agit là d’une avancée dont on souhaite qu’elle se poursuive avec force et détermination, tant la personne âgée cumule tout à la fois la mémoire...

Contenu disponible gratuitement

65 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi