LégislativesEntretienabonnésContenu payant

Anne-Marie Le Pourhiet : « Macron va devoir apprendre le compromis »

ENTRETIEN. Les élections législatives ont créé un séisme. Pas de majorité absolue pour le parti présidentiel et des blocs irréconciliables opposés. Certains parlent d’une nouvelle ère d’ingouvernabilité. Nous avons interrogé la juriste Anne-Marie Le Pourhiet pour y voir plus clair.

/2022/06/le-pourhiet-macron-compromis-legislatives


Front Populaire : Peut-on dire que la nouvelle Assemblée nationale redonne un peu d’air à la démocratie française ? Emmanuel Macron se retrouve dans une situation délicate, obligé de parlementer pour trouver des compromis sur une majorité de ses projets de lois. Est-ce une situation d’ingouvernabilité, comme on le lit parfois ?

Anne-Marie Le Pourhiet : Honnêtement il n’y a que les centristes-progressistes-fédéralistes qui se désolent de ce résultat et crient à l’ingouvernabilité au motif que les députés de LREM n’ont pas la majorité absolue. Mais cela ne changera pas grand-chose car il suffira à la Macronie de s’appuyer tantôt sur LR tantôt sur la gauche pour godiller dans ses eaux habituelles. Emmanuel Macron a déjà passé cinq  ans à faire du cabotage « en même temps », ce ne sera pas une grande nouveauté sur le fond des choses.

En tout état de cause, les mécanismes constitutionnels et organiques du parlementarisme rationalisé, qui ont été un peu assouplis par la révision constitutionnelle de 2008, permettent de naviguer parfaitement dans ces conditions. Ils ont d’ailleurs été créés pour cela en 1958 puisque l’apparition du « fait majoritaire » en France ne date que de 1962.

C’est très bien que le RN ait enfin un groupe parlementaire à la hauteur de ses scores, on ne peut indéfiniment laisser à la porte de l’Assemblée des...

Vous aimerez aussi