sociétéCovid-19

Marseille : front commun de Raoult et Rubirola contre la stratégie sanitaire du gouvernement

27/08/2020

Pendant que le gouvernement durcit les mesures sanitaires à Marseille, Didier Raoult relativise la reprise de l'épidémie. Selon lui, le taux de mortalité reste deux fois plus élevé à Paris que dans la cité phocéenne.

Marseille : front commun de Raoult et Rubirola contre la stratégie sanitaire du gouvernement

Jeudi 27 août, le Premier ministre Jean Castex a fait le point sur la situation sanitaire en France lors d'une conférence de presse à 10h30 à Matignon. Comme un signe de protestation, Michèle Rubirola, le maire de Marseille, et Martine Vassal, la présidente LR de la métropole et du département des Bouches-du-Rhône étaient reçues le même jour au au même moment dans les locaux de l'Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection par Didier Raoult.

Mardi 25 août, le préfet de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur a annoncé un renforcement des mesures de lutte contre le Covid-19, avec l'obligation du port du masque dans tout Marseille à partir du lendemain. Les bars et restaurants ont du depuis fermer leurs portes de 23 heures à 6 heures du matin, dans toutes les Bouches-du-Rhône. Ces deux mesures seront applicables au moins jusqu'au 30 septembre.

Une décision qui a fait réagir le maire de Marseille, Michèle Rubirola, lors de cette conférence de presse commune avec Didier Raoult : « Le gouvernement a décidé depuis Paris de ce qui serait bon pour notre ville, sans engager le dialogue nécessaire avec les élus, et surtout sans nous donner les moyens de faire respecter les décisions qui sont les siennes ». « Nous avons besoin que les décisions se prennent dans la concertation ».

L’édile a regretté que sa proposition de fixer l’heure d’ouverture des restaurants jusqu’à minuit, pourtant négociée avec le préfet de région, Christophe Mirmand, n’ait pas été validée par le gouvernement. Quant au reconfinement de Marseille, évoqué par le ministre de la Santé si la situation continuait à se dégrader est tout simplement « inenvisageable » pour le maire, dénonçant un « deux poids, deux mesures » avec Paris pour lequel le reconfinement total n’a jamais été évoqué mais qui affiche pourtant un seuil d’alerte deux fois supérieur à la moyenne (101 à Paris, pour un seuil d’alerte...

Contenu disponible gratuitement

24 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi