Ecologieabonnés

Ces périls planétaires dont les écolos-urbains ne parlent jamais

14/09/2022

LE ROND-POINT. D'après les élites mondialisées, il suffit de favoriser les énergies propres pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique. Erreur tragique. Car elles oublient ce faisant deux impitoyables facteurs d’accélération du dérèglement de la planète : la démographie galopante et le commerce international.

Ces périls planétaires dont les écolos-urbains ne parlent jamais


Selon des prévisions publiées l’été dernier par l’Organisation des Nations unies (ONU), le seuil des 8 milliards d’êtres humains sur Terre devrait être franchi ce 15 novembre 2022. Soit 1 milliard de plus qu’en 2010, 2 milliards de plus qu’en 1998 et 5, 5 milliards de plus qu’en 1950. Parallèlement, le rapport pointe une accélération des migrations, accompagnée d’une urbanisation toujours grandissante. Pour rappel, la bascule a été atteinte en 2007, année durant laquelle la population qui habite en ville est devenue plus importante que la population rurale. D’ici à 2050, environ 66% de la population mondiale vivra en milieu urbain.

Désormais, 61% de la population mondiale est localisée en Asie (4,7 milliards d’individus), 17% en Afrique (1,3 milliard), 10% en Europe (750 millions), 8% en Amérique latine et dans les Caraïbes (650 millions) et les 5% restants en Amérique du Nord (370 millions) et en Océanie (43 millions). Mais plus de la moitié de la croissance démographique de la planète d’ici à 2050 aura lieu en Afrique. La population subsaharienne devrait ainsi doubler d’ici à 2050. La hausse de la population mondiale est, dans les faits, concentrée pour plus de la moitié dans à peine 8 pays : la République démocratique du Congo, l’Égypte, l’Éthiopie, l’Inde, le Nigeria, le Pakistan, les Philippines et la Tanzanie. Cette tendance pourrait-elle s’inverser avec une diminution de la population d’ici à la fin de notre siècle ? Pas sûr. Il existe « une chance sur deux » selon l’ONU...

Devant de telles probabilités, qui sont tout sauf anecdotiques, les écolos-urbains occidentaux préfèrent se voiler la face, démontrant une fois encore leur absence totale de rationalité. Car l’explosion démographique accélère la raréfaction des ressources naturelles, augmente la tension sur l’agriculture mondiale et occasionne des conflits sociaux et géopolitiques inédits sur le globe.

Autre phénomène...

Contenu réservé aux abonnés

60 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...