Institutionsabonnés

Un programme pour reconstruire la France

18/06/2020

La relance de l’économie française sera l’occasion de remettre à plat tous les dysfonctionnements du système. Nous avons là une opportunité historique de redensifier notre tissu industriel, mais aussi de redevenir un État souverain capable de résister aux mirages de la mondialisation. De même qu’au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la France s’est appuyée sur le programme du Conseil national de la Résistance afin de penser le monde d’après, Front populaire propose une réflexion autour d’un grand programme de transformations du pays.

Un programme pour reconstruire la France

Et si la crise avait sonné le glas d’une France dont nous ne voulons plus, acquise aux dogmes néolibéraux et au libre-échangisme qui nous privent de notre souveraineté ? Et si ce bouleversement tragique de toute l’économie planétaire nous donnait enfin l’occasion de construire un autre système, qui ne favorise plus les riches et les puissants, mais la France des classes moyennes et modestes qu’on relègue aujourd’hui dans la périphérie urbaine ? Au moment de reconstruire le pays, l’heure des choix décisifs arrive. Et il faudra faire les bons.

REFINANCER L'ÉTAT

De toute évidence, les vieilles solutions ne fonctionneront plus, au vu des faibles marges de manœuvre qui nous restent. Emmanuel Macron lui-même a déclaré le 16 mars : « Nous gagnerons, mais cette période nous aura beaucoup appris. Beaucoup de certitudes, de convictions seront balayées, seront remises en cause. » En fait, les belles déclarations d’intention des mondialistes néolibéraux de gauche comme de droite, auront bientôt pour but de faire avaler des pilules très amères aux citoyens, à qui l’on demandera de se serrer la ceinture pour réformer. L’État se doit bien sûr d’organiser un plan de relance ; mais, s’il le fait avec les méthodes habituelles de l’establishment, ces mesures se solderont en dernière instance par la diminution drastique des services publics, l’augmentation des impôts et l’inflation. Aucun de ces scénarios n’est souhaitable.

Nous devons imaginer d’autres voies de refinancement. De même qu’en matière d’écologie, on applique le principe pollueur-payeur, il faudra faire payer ceux qui ont provoqué les déséquilibres du système néolibéral mondialisé, à savoir les grands acteurs du monde de la finance, les grandes entreprises multinationales et les très grandes fortunes privées.

Cela veut dire notamment :

  • Taxer les grandes entreprises pour les coûts écologiques induits par leur activité, y compris le transport des marchandises sur de longues distances.
  • Faire en sorte que chaque citoyen paye

Contenu réservé aux abonnés

79 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...