opinionsSouvenirs

La camerafix : retrouver son enfance à travers les objets

TEMOIGNAGE. À travers ce petit récit, notre abonné nous conte comment un instituteur renoue avec l’aube de sa vie à travers un projecteur qui le fascinait étant enfant. Un récit sur l’importance des objets d’antan, témoins discrets du passé.

La camerafix : retrouver son enfance à travers les objets

C’est au cours élémentaire que le « petit Jacques » - c’était son surnom vite transformé en Jacquot - se trouve pour la première fois en face d’un appareil lumineux. J’appris plus tard que cet appareil s’appelait un cartoscope (fabriqué à Bordeaux sous la marque Panoptic).

En 1932, on appelait clerc, le maître d’école et après 1945, l’instituteur. En patois cela donnait « Ch’clerc…. », c’était un personnage estimé et respecté.

Cet outil pédagogique, pour parler pédant comme aujourd'hui, était une visionneuse de cartes postales d’environ 40 cm sur 40 cm en bois et carton de couleur rouge sombre. Sur le devant, une énorme loupe (verre grossissant disait-on). Le fond permettait d’insérer une carte postale représentant des sites géographiques. Les caps, golfes, montagnes, plaines et collines n’avaient plus de secrets pour les petits élèves fascinés qui se succédaient par groupe de trois ou quatre. (26 ans plus tard, lors d’un premier voyage à travers la France, furent reconnus d’emblée les paysages merveilleux de la belle France que nous décrivait si bien un maître d’école en avance sur son temps).

Un an plus tard : comme dans un conte

Il était une fois un petit garçon qui allait pour la première fois au patronage. C'était à Marles dans le Pas de Calais près de la boulangerie de sa trisaïeule.

Une grande cour permettait aux enfants de courir et de jouer. Le dimanche dans une petite salle paroissiale attenante étaient projetés des films muets. Il fallait changer les bobines toutes les 10 minutes et l'appareil faisait un bruit de machine à coudre. Mon oncle André était l'opérateur. L'écran fascinait grands et petits.

Plus tard à 10 ans, il se retrouvait dans un autre patronage (Auchel) et le jeudi une projection avait lieu après les jeux de l'après-midi. La séance commençait souvent par...

Contenu disponible gratuitement

66 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+